top of page
Rechercher

Souviens-toi (À tes vingt-quatre ans)

À Arnaud Noé Hervin


Alors voilà, hui hélas,

Les lendemains sont fin là :

Et sonne le glas du vieil-an ;

Et efface toute mémoire.

Ô toi, ma si triste moire...

Que n’avons-nous trop vécu !

Te souviens-tu, frêle mie, lorsque nous courions le printemps ?


Prémices de souvenances très au loin surgies.


Tu rêves — rêve —, et rêves encore

Ondules dans les nues nos amours

Depuis quand alors, et jusque où enfin ?

Tu es mon nu, et je suis ta mue

Aurevoir hier, aurevoir éternel

Oh, mais ne sois pas si seule, ne pleure point moins fort

L’Art est notre seul ancrier*.


C’était jour de fête, c’était voyage-anniversaire

Départ loin d’ici, fi de tout, escapades et promesses de vie

Toutefois, toi

Tu erres encore dans les méandres de mon silence

Tu es bien mièvre pour voler à nouveau.


Souviens-toi (À tes vingt-quatre ans), A.J.B. Minime Jr. / Beren The Scene.

Dédicace à Arnaud Noé Hervin.

Le 07 Février 2022.

Arnaud Minime

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Le Romantique, suite rimale, II

Le Romantique, suite rimale, Mouvement II : Sa-Peau-et-Cie, Lyre Cætera. là… et voir la rose de soie qui s’élance à l’embrasse-rêves, et embrase les nuages grêles dans leur long voyage ; l’orage l’ari

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page